Égalité & diversité

En 2018, face à l’ampleur des mouvements #MeToo et #Balancetonporc, la Charte a décidé de lancer un vaste plan d’action Égalité qui a pour but d’interroger les questions d’égalité au sein de la littérature jeunesse. Une commission a été créée afin de réfléchir à sa mise en place. De ses réflexions est né le Prix Égalité Jeunesse dont la ville de Cherbourg-en-Cotentin est partenaire. Mais aussi une autre action : l’organisation d’un colloque, véritable journée d’études qui invitera chaque acteur·rice du secteur à la réflexion. L’importance de l’enjeu appelle une mobilisation générale. La Charte veut donc s’appuyer sur sa place centrale pour fédérer l’ensemble du secteur, et ce, concrètement.

                 Les Etats généraux de l’égalité en littérature jeunesse

==========

Les États généraux de l’égalité en littérature jeunesse se sont déroulés le 5 octobre 2020 au Centre Pompidou à Paris. L’objectif était clair :
réfléchir ensemble et questionner la façon dont chacun et chacune envisage les évolutions possibles dans sa pratique professionnelle. Débattre ensemble des pistes d’évolution et des moyens concrets pour agir.

Les rencontres, les témoignages vidéos, les partages d’initiatives, les chiffres issus de l’étude partielle du Centre national du livre, ont rythmé la journée. Des outils pratiques ont été mis à disposition du public pour faire évoluer les mentalités dans la différence de traitement femmes/hommes. Parce qu’à l’issue de cette journée, plus personne ne peut nier que des différences existent entre les autrices et les auteurs en littérature jeunesse.

Un « premier acte » qui répond à une demande d’impulsion généralisée dans le secteur du livre.

Le livret du participant·e est un condensé de la journée. Diffusé au public présent, il rassemble le programme, des références bibliographiques et des dispositifs qui aident à poursuivre la réflexion.

 

 

 

 

Retours sur les États généraux de l’égalité en littérature jeunesse

                  Plan d’action Égalité

==========

Guillaume Nail, président de 2019 à 2020 :

« Par ce plan d’action, la Charte fédère un vaste chantier pour qu’enfin sexisme, stéréotypes, clichés et discriminations ne soient plus qu’un mauvais souvenir dans la littérature jeunesse. Nous en appelons à toutes les bonnes volontés et à toutes les énergies positives et progressistes pour faire évoluer les mentalités. »

Voir +

                   Prix Égalité Jeunesse 

==========

La Charte, dans le cadre de son plan Égalité est heureuse de s’associer à la Ville de Cherbourg-en-Cotentin pour créer un prix de littérature jeunesse récompensant un ou une jeune auteur ou autrice (ayant 5 ouvrages maximum à son actif) qui favorise l’égalité en luttant contre les stéréotypes.

Télécharger le communiqué de presse pour l’année 2019.

Pour Guillaume Nail, président de la Charte de 2019 à 2020,

« s’associer à la création de ce prix est une évidence. La lutte contre les stéréotypes et toutes les formes de discriminations s’inscrit pleinement dans le cadre du Plan d’action Égalité, voulu par l’association en 2018. La Charte est par conséquent heureuse de parrainer ce prix et d’offrir à la lauréate de cette première édition une formation professionnalisante. La création de ce prix Égalité Charte-Cherbourg sert aussi à rappeler au secteur de la littérature jeunesse l’urgence et la nécessité d’un travail de fond pour plus d’égalité. La Charte salue enfin l’effort de la Ville de Cherbourg-en-Cotentin de doter ce prix – phénomène trop rare en littérature jeunesse – et d’impliquer dans le processus les élèves et le corps enseignant. »

Samantha Bailly, autrice et administratrice de la Charte :

« Parce que la littérature jeunesse est un milieu féminisé, le premier réflexe est de le penser épargné par le sexisme. Il n’en est rien. Les chiffres que nous découvrons sur les différences de rémunération entre auteurs et autrices jeunesse, le manque de représentation dans les prix littéraires, les femmes identifiées comme ayant moins accès aux bourses de création… Tous ces éléments sont autant de signaux d’alerte. Aussi, la forte féminisation de la littérature jeunesse et la rémunération historiquement très faible dans ce secteur sont à relier avec une histoire sociale bien plus vaste que l’univers du livre. »

Retour sur la première édition